Inspiration partagée

Inspiration partagée

Crédit photo : Together, par Marcos Dias, sous C.C. BY-SA 2.0

À
CE
JEU
NOUS
AVONS
ENCORE
INVENTÉ
ENSEMBLE
ÉCRITURES
ENGENDRANT
INSPIRATION
OCCASIONNANT
LITTÉRALEMENT
FRATERNISATION.

Sharing

FRACTIONNER
PÂTISSERIE
SAUCISSON
PARTAGER
(L’)IVRES-SE
COUPER
TARTE
AVEC
VIN
ET
O

par Ratiba

Publicités

Si peu et tant à la fois !

Si peu et tant à la fois !

Crédit photo : Fête des fleurs à Eaux-bonnes, par Étienne Valois, sous C.C. BY-NC-ND 2.0
M’est avis que nous nous sommes offerts un feu d’artifice perpétuel

Ainsi s’est donc achevée cette saison,
d’une dizaine de séances,
une dizaine seulement,
mais si denses !

Elle s’est achevée avec des textes toujours mieux écrits, toujours plus plaisants à écouter, toujours plus dépaysants.
Elle s’est achevée dans le partage, en mangeant, en buvant, en riant encore !

Je suis rentré heureux, vraiment.
Je suis rentré en chantant et en sifflant.
Sans trop penser, habité par les bonnes choses de la vie.

C’est la première fois depuis longtemps que je me dis que ces deux mois d’été vont être du coup bien longs…
Quoi qu’il en soit, c’est prévu, nous nous reverrons ! Nous avons déjà pris rendez-vous, début septembre, pour perpétuer le plaisir… de se réunir, d’écrire, de lire, de partager un peu de ce précieux temps, et en faire de précieux moments.

Alors, bonnes vacances, bons voyages, bonne pause et que ceux qui travaillent puissent le faire en paix. Que vos projets avancent, que d’autres naissent.
On se retrouve les esprits changés, nos êtres renouvelés, pour je l’espère de tout cœur d’aussi belles aventures en 2017 et 2018.

Pierre-Arnaud

PS : j’espère que j’aurai le temps de faire vivre davantage cet espace témoin l’année prochaine,
mais j’espère surtout qu’on rassemblera nos textes dans un petit ouvrage, et pour ça, il faut qu’on se les envoie ! S’il vous plaît !

Plus amusante sera la chute

Plus amusante sera la chute

Crédit photo : Clown fall down, par MFer Photography, sous C.C. BY-ND 2.0

Le voici le voilà, grâce à Jean-Marc, notre premier partage de cette nouvelle saison 2016-2017, entamée avec enthousiasme par l’équipe d’écriveurs associés en Pays Créçois !

Cinq textes sinon rien, selon la consigne suivante :

Prenez un événement très simple : un homme descend d’un bus, trébuche, regarde autour de lui avec embarras, et découvre qu’une fille sourit (voir Raymond Queneau, Exercices de style). Décrire l’événement, en utilisant les mêmes personnages et les mêmes éléments de mise en place, de cinq différentes manières (changement de style, de ton, de structure des phrases, de voix, de distance psychique, etc…). Faites-en sorte que les styles soient radicalement différents, sinon l’exercice est gâché.

Tontons flingueurs

L’aut’jour tu sais pas c’qui m’est arrivé ? Eh ben au moment où l’bus s’arrête, j’ai failli m’casser la gueule rien qu’à cause de son freinage du genre agricole.

Mais y connait pas Raoul ce mec, qu’il essaye une fois de m’refaire le coup et j’le renvoie direct à la maison mère !

Sauf que c’est pas tout… la porte s’ouvre, j’mengage, et au même moment que j’regagnais ma dignité, ma pompe gauche a fait un stop qu’était pas prévu au programme. Sauf que l’reste de ma carcasse n’avait pas choisi l’même arrêt si bien qu’j’ai failli m’croûter une deuxième fois, mais là façon puzzle.

V’la ti pas qu’une merdeuse me grille à ce moment là sur l’trottoir d’en face et qu’elle s’met pas à l’abri d’se foutre de ma pomme.

Tu sais qu’t’en a qui mériterait la correctionnelle, et plutôt deux fois qu’une…

Match de foot

Oui c’est bien ce qu’il fait, le bon appel en se démarquant de son vis-à-vis, il anticipe le prochain arrêt, le « une deux » avec son voisin pour provoquer l’ouverture, il passe à travers… le passement de jambe… ooooh le contact au niveau de la lucarne qui a failli le faire trébucher !!! il réclame une faute mais la jeune juge de touche avait déjà levé son drapeau en souriant pour signaler le hors jeu…

Petit geste d’exaspération… mais il ne préfère pas en rajouter pour éviter le carton…

Aéronautique

Pilote : “Crécy info – Echo Tango bonjour”

Tour : “Echo Tango bonjour”

Pilote : “TB10 Fox Golf Fox Echo Tango provenance Coulommiers destination Crécy-la-Chapelle estimé à 10 secondes de la sortie de bus 2500 pieds Novembre Hôtel transpondeur une personne à bord”

Tour : “Fox Echo Tango rappelez courte finale piste 16 en cours de déneigement coefficients de frottement mesurés avec skiddomètre toucher 40 mi-piste 35 extrémité 32”

Pilote : “Echo Tango toucher moyen bon – turbulence de sillage – emergency – incidence décrochage – mayday mayday !”

Tour : “Echo Tango positivement identifié en contact radar au transpondeur 7-7-0-0 tentez de rétablir”

Pilote : “Echo Tango c’est à nouveau sous contrôle RAS je quitte la fréquence…”

Météo

… enfin dans le département de Seine & Marne, les températures accuseront demain une nette baisse avec des gelées ici ou là accentuées par l’ouragan Gaston.

Les minimales atteindront fréquemment -2 à -5 degrés au niveau de la sortie de bus, et localement -8 au niveau de la dernière marche avant le trottoir.

La grisaille marquant le passage de Gaston, laissera ensuite apparaitre une éclaircie qui redonnera le sourire à l’anticyclone Lucie qui réchauffera l’ensemble du département pour le plaisir de tous.

L’ouragan Gaston devrait donc logiquement s’apaiser en toute discrétion.

Cirque

Mesdames, Messieurs, et surtout vous les enfants, ne manquez pas demain à 16h00, au parking du rond point, le cirque Fratellini.

Le cirque Fratellini, ce sont des numéros à couper le souffle, ce sont des moments d’émotions, mais le cirque Fratellini, c’est surtout son clown Bozo et son numéro fantastique du bus qui fait semblant de s’arrêter !

Un vrai numéro de cascade plus ou moins maitrisé pour le plaisir des petites filles qui aiment les chutes spectaculaires… Avec le cirque Fratellini, tu vas passer une bonne après-midi !

par Jean-Marc Garnier

Un noël bizarre, deuxième partie

Un noël bizarre, deuxième partie

Crédit photo : Avalanche, par Simon Desmarais, sous C.C. BY-SA 2.0

Vous pouvez retrouver la première partie de ces aventures ici


Un noël bizarre 11

Le père noël crie :

— J’ai une idée ! Tiens-moi la main !

Maely s’accroche au père noël et il lâche le poteau.

— Mais qu’est-ce que tu fais ?!

— Ne t’inquiète pas. Fais-moi confiance.

Ils se font emporter par la tornade et se retrouvent sur une montagne… AU PÔLE NORD ! Maely se met à genou et crie :

— NON !!! On était chez moi et on revient au point de départ !

Et tout à coup ils entendent :

— Maely. C’est toi ?!

— Père noël, c’est le sorcier, c’est le sorcier !!!

Maely et le père noël courent et tout à coup la neige se met à trembler. Maely hurle :

— Une avalanche !!!

Un noël bizarre 12

L’avalanche se précipite sur eux.

— HAAAAAAAAAAAAAAAAA !!!

Le sorcier se joint à eux et ils courent tous ensemble. Le sorcier attrape sa baguette qui est plantée dans la neige et dit la formule magique pour rentrer. Le père noël crie :

— NON !!! Stoppe ta formule, STOP !

— Mais pourquoi père noël ? demande Maely.

— Mon sapin ! Il s’est fait emporter !

Mais le sorcier n’avait pas entendu et ils rentrent tous dans la rue de Maely (encore). Le père noël se met à genou devant le sorcier et dit :

— S’il vous plaît, faites réapparaître mon sapin !

— J’ai bien peur que je ne puisse pas.

— NNOONN !!! Attends… c’est moi qui l’ai fait apparaître.

Le père noël prend un pompon, l’agite devant un sapin et celui-là rétrécit et devient comme l’ancien. Le sorcier et Maely se regardent et rigolent.

Un noël bizarre 13

Le père noël dit :

— Bon, c’est bon, vous avez fini là ?

Maely et le sorcier n’arrivaient pas à se stopper. Le père noël crie :

— STOP !!!

Et ils s’arrêtent d’un coup puis Maely dit :

— Dis donc, c’est la deuxième fois qu’on refait un truc qu’on a fait avant.

— Ha ouais, dit le sorcier.

— Bon venez ! dit Maely.

Tout le monde rentre dans la maison silencieusement. Une fois arrivé dans la cuisine, tout le monde disparaît et retourne dans la rue de Maely.

— Ça c’est chelou, très chelou ! dit Maely.

— Alors… d’après ma tablette, le robot a mis un sortilège pour nous empêcher de rentrer, explique le sorcier.

— J’ai une idée ! dit Maely. On a fabriqué un passage secret avec Sophie pour nous rendre dans mon salon.

— Hé ben allons-y ! crie le père noël.

Une fois arrivé, le père noël dit :

— Ce que j’ai préféré sur la route c’est la sorte de pont en pierre.

— Moi aussi c’est ce que je préfère, répond Maely.

Un noël bizarre 14

Le sorcier toque. Sophie ouvre la porte et hurle :

— HAAAA !!!

— ah, qu’est-ce qu’il y a ? demande Maely.

— Non mais c’est pas carnaval !!! crie Sophie.

— Hé, je ne suis pas déguisé, je suis le père noël !

— Mais oui, bien sûr, dit Sophie l’air de dire : « Non mais vous me prenez pour qui ? Je ne suis pas bête non plus. »

— Non, non ce n’est pas une blague. Je t’expliquerai à l’intérieur, dit Maely.

Tout le monde rentre dans la maison. Maely explique toute l’histoire puis Sophie dit :

— Ha d’accord, venez.

Ils rentrent tous dans le passage secret…

— Faites attention aux moustiques géants, dit Sophie.

Le sorcier et le père noël n’ont pas le temps de demander :

— ATTENTION À QUOI ??? qu’ils hurlent en même temps :

— HAAAA !!!

— Qu’est-ce qu’il y a ? demande Maely.

— On s’est fait piquer par un truc géant !!! hurle le sorcier.

— Je vous avais dit de faire attention, dit Sophie.

Un noël bizarre 14 (suite)

Une fois arrivé dans le salon, il y avait un chien à trois yeux géant qui dormait devant le robot qui dormait aussi. Le père noël chuchote horrifié :

— Il monte la garde.

Le sapin court se cacher derrière le père noël. Le sorcier va devant tous le monde et dit :

— Laissez-moi faire.

Le sorcier dit sa formule magique pour éliminer le chien mais le pouvoir rebondit sur lui et sur tout les meubles. Ils se précipitent tous sous le fauteuil en se rendant compte qu’ils étaient sous le fauteuil du robot. Ils partent en rampant sous le canapé et le pouvoir élimine la télé :

— NOOON !!! crie Maely.

— CCCHHHUUUT !!! souffle tout le monde en cœur.

— Désolé !

Le chien aux trois yeux commence à ouvrir un œil et :

— GGGRRR !!!

Un noël bizarre 15

Tout le monde se tourne vers Maely puis elle redit :

— Désolé.

— GGGRRR !!!

Sophie se met à chanter une berceuse et le chien se rendort. Maely se met à genoux et dit au sorcier :

— Ma télé, vous avez fait disparaître ma télé.

— CHUT !!! dit le père noël.

— Je vais mettre un sort sur le chien et le robot pour qu’ils ne nous entendent pas.

Tout le monde dit :

— NON, NON, NON !!!

Mais le sorcier n’entend rien et fait sa formule et comme par hasard elle rebondit. Tout le monde se tourne vers le sorcier puis ils disent :

— Tu es sérieux là ?!

— Hi, hi, hi…

Mais par malheur le sort atterrit sur le père noël. Le sorcier dit :

— Oups !!!

— Maintenant tu peux faire un sort, dit Sophie.

Le sorcier refait une formule. Quand le père noël entend, il lance tous les gros mots du monde au sorcier. Et là, le chien n’ouvre pas qu’un seul œil mais les trois. Sophie chante une berceuse mais rien. Le chien grogne de plus en plus, se lève et se jette sur eux.

Un noël bizarre 16

Tout le monde crie :

— HAAAA !!!

Tout le monde se jette sur les côtés et court dans la buanderie. Le chien commence à taper dans la porte. Le sorcier hurle :

— Si on reste ici, le chien va casser la porte et nous manger !

— Je sais !!! Si on sort maintenant, on fonce sur le chien et il s’évanouira le temps qu’on fasse disparaître le robot, dit Maely.

— Bonne idée !!! crie le père noël.

Ils se jettent sur la porte et ils crient :

— À L’ATTAQUE !!!

Et là ils rebondissent sur le chien, se prennent le mur et s’évanouissent. Quand ils se réveillent ils sont tous dans le grenier. Maely crie :

— Qu’est-ce qu’il s’est passé ? HAAA ! Le grenier !

— Qu’est-ce qu’il a le grenier ? demande Sophie.

— Mon père disait toujours que le grenier était maléfique, explique Maely.

— N’importe qu… HAAA !!! hurle le sorcier.

— Quoi, quoi ? demande le père noël.

Tout le monde se tourne vers l’objet et :

— HAAAA !!!

Il y avait un squelette plein de sang suspendu à une corde. Ils se tournent de l’autre côté et :

— HAAAA !!!

Il y avait une souris morte. Sophie dit :

— Vous croyez que la souris s’est suicidée aussi ?

Un noël bizarre 17

Maely demande :

— Pourquoi tu demandes si la souris s’est suicidée ?

— Bah, parce que le squelette s’est suicidé donc peut-être que la souris aussi, explique Sophie.

— Ha d’accord, dit le père noël.

— Bon, il faut trouver une porte, décide Maely.

— ICI !!! Il y a une trappe ! dit le sorcier.

— Génial !!! crie Maely.

— Attendez, il y a quelque chose qui cloche. On est dans le grenier mais la trappe est au plafond. Maely tu es sûr qu’on n’est pas dans la cave ? demande Sophie.

— Bah… bien sûr euh… en fait… TU AS RAISON !!!

— HAAA, on est dans la cave !!! hurle le père noël en se jetant dans les bras du sapin.

— Bon… venez, dit le sorcier.

Tout le monde passe par la trappe et ils arrivent dans la cuisine. Ils se cachent derrière le bar et là… la maison était tout en noir et il y avait plein d’autres pères noël robots. Les yeux de Maely tournent et elle s’évanouit. Tout le monde la secoue. Le père noël dit :

— Maely, réveille-toi !!!

Tout d’un coup ils entendent un bruit derrière eux :

— GRRRR !

Personne ne se retourne et ils disent :

— HO, HO !!!

Un noël bizarre 18

Tout le monde se tourne doucement vers le chien. Il se jette sur eux mais… le chien atterrit en face et se met sur le dos. Sophie dit en caressant le ventre du chien :

— HOOOOO ! Il voulait juste des câlins.

Maely se réveille et hurle :

— HAAAA le chien !!! Enfuyez-vous, je fais diversion !

Tout le monde reste assis et regarde Maely bizarrement puis elle dit :

— Pourquoi vous ne bougez pas ?

— Écoute Maely, tu as pris un gros choc alors assieds-toi et repose-toi, dit le père noël.

— Ne t’inquiètes Maely. Le chien est gentil, explique le sorcier.

Tout le monde se lève. Le sorcier fait une formule magique et fait disparaître les robots. Maintenant, il ne reste plus que celui qui est là depuis le début. Ils sont face-à-face et se regardent dans les yeux. Le père noël demande :

— En fait, qu’est-ce qu’on attend ?

— Je n’en sais rien, répond Maely.

Le robot commence à jeter un sort puis ils entendent autour d’eux :

— Enfants jetez l’éponge, vous n’êtes pas assez fort.

Et c’est comme ça à plusieurs reprises. Le père noël crie :

— HAAA !!! C’est quoi cette chanson ?! Eh, je ne suis pas un enfant.

Un noël bizarre 19

Le sorcier jette un sort de statue sur le robot qui l’évite. La voix autour d’eux disparaît puis le robot crée une tornade. Tout le monde s’accroche au poteau et Maely voit les cadeaux sous le sapin. Elle lâche une main sauf que c’est elle qui tient la file. La tornade disparaît. Le père noël hurle à Maely :

— Effectivement, je tiens ma parole, tes cadeaux seront pourris.

Le père noël jette un sort aux cadeaux puis Maely dit :

— Vous avez conscience que les cadeaux n’ont pas bougé ?

— Bah oui, tu verras bien quand tu les ouvriras, explique le père noël.

Le sorcier lance de l’eau sur le robot et celui-là commence à rouiller. Le robot lance des scies sur eux. Ils partent se réfugier derrière le bar puis ils disent :

— OUF !

Quand ils se retournent ils sont dans une cabine avec le robot devant eux :

— HAAAA !!!

Un noël bizarre 20

— HAAAAAAAAAAA !!!!

Le robot dit :

— ADIEU !

Il lance de la neige et de la glace sur eux. Tout le monde claque des dents. Le chien s’énerve, court, se jette sur le robot, mais il lui donne un gros coup de point dans le ventre. Sophie court vers le chien et dit au robot :

— Vous êtes un monstre !

Le sorcier fait un sort de guérison au chien et il se relève. Le sorcier jette un sort et fait disparaître le robot. Malheureusement, un autre apparaît et c’est comme ça pendant une heure. Le dernier robot a une cible à l’endroit du cœur. Le sorcier jette le sort sur la cible. Le robot disparaît avec tout ce qu’il a fait apparaître. Ils hurlent tous :

— OUAIS !!!On a réussi !

Tout le monde rentre chez lui. Maely ouvre un cadeau et un joker jouet sort d’une boîte. Maely tombe par terre et rigole.

FIN !!!

Rigault Maëlly
© Maëlly Rigault

10 ans, CM2
2015

Un noël bizarre, première partie

Un noël bizarre, première partie

Crédit photo : Selective Color Santa Full Moon Christmas Eve 2015, par Jan, sous C.C. BY 2.0

J’ai l’honneur de vous présenter un nouveau texte d’une des participantes aux ateliers d’écriture de l’école primaire. Le moins qu’on puisse dire, c’est que la notion de Cliffhanger est bien rentrée, le suspense et l’aventure sont là !
Merci Maëlly, et bonne lecture à tous 🙂


Un noël bizarre 01

Il était une fois une fois une jeune fille nommée Maely Mormentyn. Elle adorait noël. Elle va au magasin pour acheter un sapin. Ces sortes de sapin préférées étaient les grands bien garnis. Elle en trouve un magnifique. Elle rentre chez elle et le place à côté de la cheminée. C’est noël. Maely décore son sapin et met une assiette avec des cookies et un verre de lait puis elle va se coucher. Elle se réveille en sursaut, elle avait entendu un bruit bizarre. Elle descend les escaliers prudemment. Elle voit l’assiette et le verre vide mais sur le fauteuil elle voit… le père noël qui dort. C’était bizarre parce qu’il n’était pas rouge mais noir et sa barbe était grise. Le père noël se réveille et ses yeux étaient rouges puis il dit :

— Merci pour l’assiette mais au revoir !

Le père noël tape des mains et envoie Maely au Pôle Nord…

Un noël bizarre 02

PAF !!! Maely se fracasse la tête dans la neige. Elle se relève tout étourdie et marche pendant des kilomètres. Mais elle est gelée en pyjama. Elle trouve un bout de ficelle et tire dessus. Des habits bien chauds apparaissent. Elle les met et continue de marcher. Elle crie :

— HÉO ! Il y a quelqu’un ?

— Par ici !

Maely suit la voix et se retrouve devant une grande grotte. Elle rentre dedans. Il y avait un grand sapin de noël qui l’éclairait. Au fond de la grotte il y avait le père noël mais normal.

— Heu… bonjour père noël.

— Ha ! J’ai Maely Mormentyn devant moi. Comment es-tu arrivée ici ?

— Heu… j’ai un père noël bizarre qui m’a envoyée ici.

— J’en étais sûr c’est comme moi.

— Comment je vais faire pour rentrer ?

— Pour rentrer on doit trouver…

Un noël bizarre 03

— …le sorcier à la tour aux quatre vents.

— Mais elle est où cette tour ?

— Elle est au Canada.

— Au Canada !!!

— Oui.

— Mais il vient d’où ce « père noël » ?

— C’est un robot et je ne sais pas d’où il vient.

— Mais attends. Tu n’es pas à la recherche de ce sorcier ?

— Bah si ! J’ai fait une petite pause dans cette grotte.

— Mais ça doit faire longtemps que tu es là pour avoir installé ce sapin.

— Lui !!! Non il a des jambes, il me suit partout.

Le sapin se lève et des yeux et une bouche apparaissent. Le père noël prend ses affaires et ils partent à la recherche du Canada. Avec le sapin bien sûr !

Un noël bizarre 04

Ils arrivent en Chine et Maely dit :

— J’ai faim. Pas toi ?

— Si. J’ai vu une pizzeria pas loin. On y va ?

— Comment tu as fait pour voir une pizzeria alors qu’on vient juste de franchir les limites de la Chine ?

— Il y a marqué sur mon téléphone.

Le père noël montre son téléphone à Maely puis ils vont à la pizzeria. Ils mangent leurs pizzas et vont au village. La route est pleine de trous. Maely hurle :

— HAAA !

— Qu’est-ce qu’il y a ?

— J’ai marché sur un clou !

— C’est rien. Allez viens.

Maely et le père noël toquent à la porte d’une maison. Une dame ouvre la porte. Maely dit :

— Bonjour, est-ce que vous pouvez nous héberger pendant quelques jours ?

— Oui. Bien sûr. Mais avant on va aller voir mon fils jouer au foot.

— D’accord, dit le père noël.

Un noël bizarre 05

Ils regardent tous le match puis ils rentrent dans la maison. Maely et le père noël ouvrent et il y avait un tout petit bout de par terre et après il y avait un grand vide avec de la lave dedans. Maely et le père noël ouvrent, referment, ouvrent, referment la porte. À l’extérieur, la maison était entière, il y avait un jardin et autour il y avait du ciment. Maely dit :

— Je pensais que le robot bizarre était le truc le plus étrange que j’aie jamais vu, mais ça quand même !

La dame arrive et dit :

— Bah alors, vous êtes toujours pas rentrés ?!

La dame et son fils prennent des parachutes et sautent. Maely dit :

— Je dois rêver !!!

Un noël bizarre 06

— Bon allez. Prenez des parachutes et sautez, dit la dame.

— Mais il y a de la lave en bas ! crie Maely.

— Bah… on peut sauter. Regarde, la dame elle est sur la lave, dit le père noël.

— HA OUI !!!

Le père noël et Maely prennent un parachute et sautent. Ils sont sur la lave.

— Heu… madame. Comment vous vous appelez ? demande Maely.

— Je m’appelle Louise et mon fils Vincent.

— D’accord et pourquoi on a dû sauter ? demande le père noël.

— Bah parce que la maison est là.

Louise montre la belle maison. Maely dit :

— OK !!!

Un noël bizarre 07

Tout le monde rentre dans la maison. C’est la nuit et ils vont se coucher. Le lendemain matin, Maely dit à Louise :

— Bon bah on va partir.

— Comme c’est dommage, dit Vincent.

Le père noël et Maely préparent leurs valises et s’en vont. Ils marchent des kilomètres et des kilomètres. Et là ils sont au Canada. Maely dit :

— Dodo ! Je veux faire dodo !

— Oui bah moi aussi, mais si tu ne veux pas rentrer chez toi c’est comme tu veux.

— Rah tu m’énerves « Monsieur le père noël » !

— Tiens pour la peine tu n’auras pas de cadeau cette année.

— Bon allez arrête. Allons chercher la tour.

Ils se retrouvent pile en face d’une colline. Ils montent et là…

Un noël bizarre 08

Et là ils sont devant la géante tour qui va jusqu’aux nuages. Le père noël toque et ils entendent : PAM, PAM, PAM, PAM, PAM, PAM, PAM… Une heure plus tard : PAM, PAM, PAM, CLIC.

— Bonjour, que voulez-vous ?

— Ha bah ce n’est pas trop tôt ! hurle Maely.

— Bonjour, je suis le père noël. On aurait besoin de vous pour rentrer chez nous parce que je ne sais pas si vous êtes au courant mais un faux père noël robot nous a envoyés au Pôle Nord et il faut se débarrasser de lui au plus vite.

— D’accord, mais parlez moins père noël. Allez venez.

Tout le monde rentre dans la tour et c’est reparti pour un tour : PAM, PAM, PAM, PAM, PAM, PAM, PAM, PAM, PAM, PAM…

Un noël bizarre 09

Une fois arrivé en haut tout le monde est essoufflé. Le sorcier dit :

— Donc vous m’avez parlé d’un père noël robot ? J’en ai entendu parler.

— C’est vrai ! crie le père noël.

— Holà doucement, dit Maely.

Le père noël se calme puis le sorcier explique :

— Je vais préparer la potion pour rentrer chez vous.

— C’est vrai ! hurle Maely.

— Holà doucement, dit le père noël.

— Non mais c’est pas vrai ! Vous vous êtes donnés le mot aujourd’hui !

Maely et le père noël se regardent puis ils pètent de rire.

Un noël bizarre 10

Le sorcier dit :

— Bon, c’est bon. Vous avez fini là ?

Le père noël et Maely n’arrivent pas à se stopper. Le sorcier hurle :

— STOP !

Et ils s’arrêtent d’un coup. Maely dit :

— Non mais sérieux vous avez pas le sens de l’humour.

— Bah, vous voulez rentrer chez vous ou pas ?

— Oui, oui, oui, oui !!! crient Maely et le père noël en cœur.

Le sorcier claque des doigts et les trois arrivent dans la rue de Maely (et il y avait toujours le sapin). Ils rentrent tous dans la maison où il y avait toujours le robot. Le robot les voit et fait apparaître une tornade dans la maison. Ils s’accrochent tous au poteau et le sorcier se fait emporter. Maely crie :

— Non ! Comment on va faire sans lui ?!

À suivre…

Maelly, Maely, et Mai-Ly
Maëlly, Maely, et Maï-Ly

© Maëlly Rigault
10 ans, CM2
2015

Jack’o la terreur

Jack’o la terreur

Chapitre 1

Un soir d’Halloween, on entendit un cri mystérieux… On a décidé de regarder par la fenêtre, c’était JACK’O !!! Il engloutissait tous les bonbons de la ville. Des bonbons mais aussi des sucettes, à chaque fois qu’il mangeait des sucettes, il criait « JOYEUX HALLOWEEN ». Il grossissait à chaque fois qu’il mangeait 1kg de bonbons. Mais nous on était vert de peur. On s’est rendu compte qu’il était plutôt joyeux, il ne faisait aucun dégât. Décidément, on voulait jouer avec lui sous la pluie de feuilles. Comme par hasard les parents ont dit NON ! Ils avaient sûrement la trouille. Célène a eu une idée géniale, elle voulait qu’on passe par la cave, dedans il y avait un passage secret…

Chapitre 2

On est passé par le passage secret, Célène prit une torche. On était dans les… « CATACOMBES ». Nous sommes remontés par une échelle de corde, on était dans un buisson à côté de la route où se trouvait Jack’o. Nous sommes allés sur la route. « Poussez-vous ! Poussez-vous ! » Demande Jack’o.

– Bonjour, dit Maëlly.
– Bonjour, aurais-tu des bonbons par hasard ?
– Non, mais tu veux bien jouer avec nous ?
– Oui, tu veux jouer à trouve-moi si tu peux ?
– Avec plaisir !

Nous avons joué avec Jack’o ! C’était incroyable…

Chapitre 3

Jack’o, lui comme il est grand on le voyait. Nous comme on est petites, il nous voyait pas !

« C’est trop nul ! » Songe-t-il. On me trouve tout le temps.

– On n’a qu’à jouer à l’art de la citrouille ? dit Célène.
– Quoi ! On ne va pas couper la tête de mes amis ! hurle Jack’o
– Désolé, sinon on n’a qu’à jouer avec Fanie, le faon de Maï-ly.
– Youpi ! C’est quoi un faon ?
– C’est ça, OK.
– OK.

Alors on a joué avec Fanie dans les feuilles mortes…

Chapitre 4

Il était 2h00 du mat. On était fatigués. On s’ennuyait sur un banc, plus d’idée pour jouer. On avait la tête vide. Soudain ! BING-BONG est apparue.

– Bonjour, dit-il. Vous voulez jouer avec moi ?!
– À quoi ? questionne-t-on en chœur.
– À pleurer des bonbons. Wininininininininin !!!
– Ne pleure pas BING-BONG, dit une voix.

On s’est retournés d’un coup.

– Ça me donne envie de vomir !

C’était Dégoût ! Et à côté d’elle il y avait Joie !

– Eh ?!
– Bonjour ! dit Joie. Vous savez où on est ?
– … OK.

On s’est retourné et BING-BONG était à côté de nous en train de regarder ce spectacle extraordinaire…

Chapitre 5

POUF ! Là c’est Colère, Peur et Tristesse qui débarquent.

– C’est la fin de monde ! C’est la fin de monde ! hurle Peur comme d’hab…
– Cette météorite va s’écraser ici, ronchonne Colère.
– On va tous mourir ! pleurniche Tristesse.
– Hein quoi ?! Personne ne comprenait rien.
– OK OK calmez-vous, on s’ennuie à mourir ! Dit Dégoût.
– Cool, cool ! s’excite Joie. Il y va avoir de l’action !
– Mais pas du tout, on va tous mourir même toi ! Crie-t-on.
– Je… je crois qu’il faut mon… monter sur la montagne de… de la terreur ! bégaye Peur.
– OK on y va., dit Jack’o. Je suis assez grand, on ira en un clin d’ œil !

Nous y sommes allés en un clin d’œil. Au sommet de la montagne, Jack’o arrêta la météorite en se brûlant les mains malheureusement il en mourut de douleur…

Chapitre 6

Cela faisait 2 000 000 d’années que Jack’o était mort. En fait notre ville s’appelait « IMMORTALITE ». Tout le monde regardait le ciel tristement, soudain ! Les étoiles sont devenues rouges et un rayon apparut sur la montagne où se trouvait la tombe de Jack’o. Nous avons grimpé et sommes arrivés en haut, Jack’o était là devant nous.

– Jack’o ! crie-t-on joyeusement. Comment as-tu fait pour revivre ?
– Il restait quelques grains de ma citrouille et le rayon était comme une lumière, du coup ça ma fait repousser. Mais ce sont les diables qui mont fait revivre. AH!AH!AH! Ma mission est de détruire le monde !

On avait eu tellement peur qu’on descendit la montagne à toute vitesse…

Chapitre 7

Nous avons descendu tellement vite que nous avons dégringolé ! En bas, Emma a eu une vision.

– Ah ! Une vision ! s’affole-t-elle.
– Encore ! s’exclame-t-on. C’est la 192ème fois de l’année !
– Humm… Il faut (pour délivrer Jack’o de ce sortilège) de la poudre de gentillesse et un cœur d’or, dit Emma en réfléchissant.
– Où peut-on trouver ça ?! explique Maï-Ly.
– Chut ! La poudre dans le labyrinthe de la mort et le cœur dans les nuages.
– Comment on va faire pour aller dans les souterrains et dans les nuages ? demande Maëlly.
– Je sais ! répondit Célène. J’ai une carte pour aller dans les souterrains.

Nous suivons Célène, puis nous arrivons devant l’entrée…

Chapitre 8

– Les filles, encore une vision ! s’écrit Emma.
– Maintenant c’est la 193ème fois, redisent-elles
– Alors dans ce labyrinthe il y a : « MORT » et si ça se trouve on ne peut plus jamais sortir et puis… il y a de la brume et enfin… je crois que c’est tout, affirme Emma.
– OK.… ça fait peur quand même, ajoute Maï-Ly. Mais, quand il faut y aller faut y aller.

Nous y sommes allés terrifiées. On n’y voyait rien.

« HOOOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU!!! »

– C’est la mort ?! dit Maï-Ly à voix basse.
– Il faut chercher, chuchote Célène.
– Tais-toi et avance !!! crie doucement Maëlly.
– Chut !!! dit Emma

Nous arrivons à trouver la poudre de gentillesse puis nous partons.

(Maï-Ly avait mis des petits cailloux fluo, comme le petit Poucet la mort était trop bête pour comprendre…)

Chapitre 9

Nous rentrons dans notre rue.

– Mais comment aller dans les nuages, pouffe Maï-Ly. C’est pas comme si un ange allait venir nous mettre des ailes magnifiques ornées de plumes blanches.

Et là, comme par magie, un ange vient nous mettre des ailes magnifiques ornées de plumes blanches.

– OK… j’ai rien dit, soupire Maï-Ly.
– Prêtes les filles, répond Célène.
– Je… Je ne sais pas voler, bredouille Maëlly.
– WOOOOOOOOO !!!!!!! AAAAAAAAH !!!!!!! » Crie-t-on.

Nous volons jusqu’au monde des « ENFERS ».

– Je crois qu’il faudrait que nous nous déguisions en diables. Maï-Ly tu restes ici., ordonne Célène.

Nous rentrons nous déguiser, pendant ce temps, un diable vit Maï-Ly.

– Qu’est-ce que tu fais là esclave, va travailler ! crie-t-il.
– Bah, j’attends mes copi… explique Maï-Ly.

Nous revenons, Maï-Ly n’était pas là. Gost Raider se dressa devant nous.

– Vous savez où se trouve le cœur d’or ? demande Emma.
– Oui, c’est mon cœur, répond-il.

Emma le prit. Il ne restait plus qu’à trouver Maï-Ly et à mélanger les ingrédients…

Chapitre 10

Nous parcourons tous les enfers, il nous restait plus que : « L’esclavage des diables » (évidemment Maï-Ly était là). Nous rentrons doucement, Maï-Ly était là en train de creuser. Elle courut discrètement vers nous.

– Il faut rentrer et mélanger les ingrédients dans de l’eau de source naturelle de la montagne « Poudre de cœur », Emma avait encore eu une vision, dit Célène.

Nous arrivons au pied de la montagne et nous allons chercher Jack’o qui était en Espagne en train de détruire le monde.

– Jack’o boit ça, ça va te donner plus de force pour détruire le monde ! invente Emma.
– D’accord, dit-il un peu hésitant.

Il but la potion et POUF !!! Jack’o est redevenu gentil puis répara tous les dégâts.

– Merci les filles, remercie Jack’o.

Et tous les Halloweens sont maintenant joyeux.

FIN

2015.11.06 - grands concentration - celene fidelin© Célène Fidelin
11 ans, CM2
2015

Un premier trimestre avec les enfants

Un premier trimestre avec les enfants

Bonjour à tous !

Eh bien ça y est, le premier trimestre scolaire s’achève déjà et l’Arbre à mots est, comme les enfants, en vacances jusqu’à la nouvelle année. Mais avant de se pencher vers elle, faisons un petit bilan de cette première et déjà fantastique expérience en école primaire 🙂

Bonne pêche

Une petite fille allait pêcher.
Les poissons gigotaient dans tous les sens dans une rivière près d’une grotte de
mammouths.
Un requin marteau et des poissons globes passèrent par là.
Elle en profite pour les mettre dans son bocal vide et les ramener chez elle.

Groupe de petits, le 05 octobre 2015

2015.10.09 - grands - photo

Nous avons donc continué à nous retrouver, avec les « grands » en première heure, et les « petits » en seconde. C’est bien sûr avec ceux qui disposent de l’écriture que l’exercice est le plus prégnant. Gardons donc le meilleur pour la fin. Ce qui nous marque, quant aux petits du CP et du CE1, c’est leur appétence non seulement pour l’histoire, mais aussi pour le fait d’écrire. On sent qu’ils voudraient déjà maîtriser la chose comme de fiers adultes, car eux pressentent que c’est un outil fantastique qui donne d’infinies possibilités, et alors ils s’y mettent, presque malgré nous, sans faire de manières ni s’arrêter aux sons ou aux graphies qui manquent. Un doux mélange de bluff et d’optimisme qui n’est pas pour nous déplaire, car si d’autres se contentent de dessiner, la plupart raconte, et même quand la page devient ou s’avérait être vide, ils la fixent et prononcent. Ce n’était pas prévu, mais ils s’exercent ainsi à l’improvisation. Et là, c’est de notre côté qu’on lutte contre l’envie d’aller plus loin et plus vite : point de logique, de hiérarchie, d’agencement, les notions de début, de milieu et de fin sont probablement encore de l’ordre de la biochimie, mais ils malaxent, ils essayent, ils s’expriment et devant le groupe, un groupe difficile par ailleurs, car ils ont en fait plus de mal à (s’)écouter qu’à prendre la parole. Il y a donc avec ces plus jeunes bien des chantiers à dégrossir… et probablement mieux à proposer encore pour favoriser leur progression. Plus de jeux plus concrets peut-être, du poème, de la chanson, du théâtre… davantage de coopération ? un tout petit peu moins de liberté ? Difficile de se résoudre à cette dernière hypothèse, car si c’est un poil chaotique en l’état, ils aiment entendre, même d’une seule oreille, illustrer vaguement et tenter à leur tour de conter, et tout ça c’est, au fond, déjà très bien.

Une fille appelée Amélia habite à côté d’un arbre qui était le plus rare.
Elle avait un chien qui s’appelait Chouchoute et un serre-tête magique. [l’histoire ne dit pas
ce qu’elle en fait ni quels sont ses pouvoirs…]
Sa maman était une fée…

Amélia, le 06 octobre 2015

2015.11.03 - petits - v2

Les grands, de leur côté, ont (pris) conscience du déroulé narratif. La plupart tronçonne désormais son histoire en chapitres qu’ils rédigent jour après jour. L’émulation des groupes d’amis fait un bien fou et nous avons entamé les lectures collaboratives, de sorte qu’un écriveur est accompagné de quelques-uns qui lisent les lignes qui les font parler dans la diégèse. On régresse un peu côté fluidité, car il faut accorder ses violons et réussir à lire le brouillon de l’autre, mais on gagne en vie et l’on fait le pont vers le théâtre qui peut-être, le moment venu, aidera à renouveler la formule.

Dame de Brassempouy

Il y a deux hommes préhistoriques.
L’un des deux est mort à cause du papa mammouth.
Des lapins crétins débarquent avec leur machine à voyager dans le temps.
Ils se font pourchasser par des tigres à dents de sabre qui rentrent dans le mammouth.
Les deux hommes étaient venus chercher la statuette de Brassempouy sculptée avec des cornes de mammouth.
Pendant la bagarre, l’homme qui a survécu en profite pour la récupérer et partir avec

Groupe de petits, le 05 octobre 2015

C’est un réel plaisir de baigner dans ces narrations de plus en plus libres et de plus en plus construites pourtant. La synergie avec les apprentissages scolaires est nette et pour peu qu’ils s’acharnent, ils iront loin. Il est clair en cette fin d’année que certains se sont pris au jeu et le groupe aurait plutôt tendance à grandir qu’à s’amenuiser malgré quelques malheureux abandons. Une quinzaine de participants en moyenne par atelier, une bonne vingtaine d’enfants concernés plus ou moins par tranches d’âge, c’est donc, à la louche, une quarantaine de gamins qu’on influence plus ou moins. De se frotter à tout ce potentiel, d’essayer de le guider, de l’animer, est tout simplement une chance, surtout dans ces bonnes conditions.

Quid de la suite alors ? Eh bien cela dépend notamment de la motivation des enfants à la maison, et donc de l’intérêt des parents, car en attendant d’éventuels recueils qui pourraient poindre un jour si nous gardons ce rythme, il s’agirait de passer du brouillon au retravail, et pour ça, la dactylographie est d’autant plus adaptée qu’elle permet de transmettre ensuite à l’association, qui serait ravie de publier ici les textes pour commencer. Adresse email a été transmise, proposition a été faite, nous verrons bien… Après ces 46(x2) premiers ateliers (diantre !), il va aussi falloir continuer à trouver thématiques et propositions d’écriture, les insérer davantage dans une continuité favorisant les prises de conscience, ne jamais oublier ni mettre de côté l’amusement et bien sûr tester et s’adapter encore. Tout un programme… qu’on est à vrai dire encore loin d’avoir formalisé !

Un monstre méchant avec des torches partout trouve un dragon, monte dessus et vole avec.
Sauf qu’il tombe la tête la première dans un arbre plein de cornes d’animal et avec des dents.
C’est en fait un arbre capable de marcher avec ses racines et créé par une sirène.
Il a tendance à s’emmêler les racines et à tomber lui aussi.
Il y avait un perroquet dans l’arbre. Le méchant monstre lui dit :
­ – Laisse-­moi tranquille méchant perroquet !
Mais le perroquet ne fit que répéter.
Inquiété d’être mangé, il dit :
­ – Ne me mangez pas ! Ne me mangez pas ! Ne me mangez pas !

Groupe de petits, le 06 octobre 2015

Mais chaque chose en son temps. Profitons d’abord de ces deux semaines de creux pour nous ressourcer et faire un peu de vide, il sera temps de reprendre notre marathon bien assez tôt ! Et nous viserons, vaillant, les beaux jours, c’est promis 😉 Même si cet hiver est étrangement clément, c’est alors que nous aurons gagné, et si possible tous ensemble ! On y croit !

2015.12.18 - grands - final en beaute

2015.10.08 - grands - photo2

2015.11.27 - grands - duo de gabins

Sur ce, nous vous souhaitons de bonnes fêtes à tous !
Jérôme et Pierre-Arnaud.